Pantherophis bairdi (Yarrow, 1880)

Serpent ratier de Baird

Colubridae, Colubrinae

Sous-espèce : aucune

Etymologie : nommé en l'honneur de Spencer Fullerton Baird (1823-1897), conservateur de la Smithsonian Institution.

Description

Pantherophis bairdi est une couleuvre musclée et élancée, assez semblable en corpulence à Pantherophis obsoletus dont elle est phylogénétiquement très proche. Sa taille adulte varie de 120 à 160 cm. La coloration des adultes est assez variable et difficile à décrire. La tête est grise à gris-violet, avec les labiales plus claires tirant sur le jaune. La couleur du corps est jaunâtre sur le premier tiers, et devient de plus en plus grise vers la queue, prenant des reflets métalliques. La peau interstitielle et le bord des écailles dorsales sont jaunes vers la tête et passent à un orange vif voire à orange-violet en progressant vers l'extrémité du serpent. Le corps est parcouru de 4 lignes plus foncées, les 2 lignes des flancs étant souvent indisctinctes. Ces lignes sont plus marquées sur les spécimens mexicains que sur les spécimens texans. Pour certains spécimens mexicains la tête est uniformément grise, contrastant avec le corps d'un jaune pâle sur le premier tiers du coprs. Ce jaune devient gris à gris-brunâtre vers la queue.
Les juvéniles ont un patron de coloration différent. La couleur de fond est gris clair ou foncé uniforme, marquée de taches transversales brunes sur le corps et formant un motif en échelle avec les lignes latérales. La tête est ornée d'une ligne de même couleur reliant les yeux, de petites taches ou mouchetures sur les écailles pariétales et d'une bande partant de l'arrière de l'oeil pour rejoindre la commissure de la gueule.

Répartition et habitat naturel

Pantherophis bairdi occupe une zone bordée au nord par les plateaux Edwards et le fleuve Colorado (Texas) et s'étendant au sud jusqu'aux provinces mexicaines du Nuevo Leon et de Tamaulipas. Cette espèce a des moeurs très discrètes, et les observations sont rares.
Elle est rencontrée dans les biotopes de flancs montagneux arbustifs, de zones calcaires présentant de nombreuses failles et grottes, et dans les forêts mixtes de pins et de chênes.

Statut des populations - réglementation

L'espèce est placée dans la catégorie "préoccupation mineure" (LC) par l'UICN. Bien que l'aire de répartition soit réduite les populations ne sont actuellement pas menacées. Il existe au moins une douzaine de sous-populations, représentant probablement plusieurs milliers d'individus adultes.
En France, cette espèce est considérée comme non domestique (à l'instar de tous les reptiles), sa détention au sein d'un élevage d'agrément est donc règlementée par l'arrêté du 10 août 2004. Un éleveur amateur peut ainsi posséder des spécimens de P. bairdi sans autorisation préalable à condition de respecter les quotas fixés par cet arrêté. Dans tous les cas cependant, la cession et l'acquisition (à titre gratuit ou non) doit être accompagnée d'un certificat de cession CERFA 14367*01.

Elevage

Pantherophis bairdi s'éleve d'une façon identique aux très connues P. guttatus et P. obsoletus. Un terrarium de 80x50x50 cm peut convenir à un spécimen, pour un couple il vaut mieux prévoir 100x50x50 cm. La température est maintenue entre 24 et 30°C pendant la journée, et diminuée la nuit jusqu'à atteindre la température ambiante (18 à 20°C). L'éclairage est assuré par un tube blanc ou par la lumière naturelle directe si elle est assez intense. C'est une espèce semi-désertique et relativement timide, même si elle s'habitue relativement vite à la présence du soigneur. Le substrat doit donc rester sec et les cachettes doivent être suffisamment nombreuses et spacieuses. Des branches bien calées seront souvent exploitées par ces habiles grimpeurs.
Elle consomme naturellement des rongeurs, parfois des chauves-souris, des oiseaux et leurs oeufs. En captivité elle s'alimente sans difficultés de souris ou de jeunes rats.

Reproduction

Le cycle de reproduction en captivité est identique à celui d'autre colubridés Nord-Américains tels que Pantherophis guttatus ou P. obsoletus. Un période de repos hivernale (10 à 15°C pendant 2 mois) est souhaitable mais pas indispensable à la reproduction. Les copulations ont généralement lieu au début ou au milieu du printemps. Les mâles mordent parfois la femelle pour l'immobiliser, et vont engager un "rituel de combat" avec chaque autre mâle rencontré dans le terrarium, essayant de maintenir l'adversaire au sol. Le mâle dominé doit alors être retiré du terrarium, mais parfois la présence de plusieurs mâles stimule les accouplements. La gestation est comprise entre 40 et 50 jours. La ponte compte 4 à 12, rarement 15 oeufs, mesurant en moyenne 50 x 22 mm pour un poids de 20 g. L'incubation, dans les conditions classiques (27-30°C), dure 55 à 75 jours, parfois plus de 80 jours. Les juvéniles mesurent 30 à 35 cm à l'éclosion, et s'alimentent sans difficultés de souriceaux morts après leur première mue. Leur élevage est identique à celui des adultes, si ce n'est qu'il est préférable de les placer dans de petits terrariums de type "Fauna-box". La maturité sexuelle peut être atteinte en 2 ans, mais il est conseillé d'attendre la troisième année avant de faire reproduire les femelles.

Remarques complémentaires

Cette espèce peut s'hybrider naturellement avec Pantherophis emoryi dans la zone de chevauchement de leurs aires de répartition.

Bibliographie

Mattison, C.1998. Elaphe bairdi. Reptilia (GB) 3: 43-46.

Hiatt, S. 2005. The beauty of a Rat Snake. Reptiles Magazine Vol.13, n°5: 28-37.

Mehrtens, J. M. 1987. Living Snakes of the World in Color. Sterling Publishing: 480 pp.

Obst, F. J., Richter, K. & Jacob, U. 1988. Atlas of Reptiles and Amphibians for the Terrarium. T.F.H. Publications: 831 pp.

Rhoads, D. 2008. The Complete Suboc. ECO Herpetological Publishing and Distribution, 290 pp.

Schmidt, D. 1995. Breeding and Keeping Snakes.T.F.H. Publications: 192 pp.

Schulz, K.-D. 1996. A Monograph of the Colubrid Snakes of the Genus Elaphe Fitzinger. Koeltz Scientific Books, 439 pp.

Staszko, R. & Walls, J. G. 1994. Rat Snakes, A Hobbyist's Guide to Elaphe and Kin. T.F.H. Publications: 208 pp.

Uetz, P. (Ed.), The Reptile Database, Pantherophis bairdi on The Reptile Database, consulté le 21/08/2016.

Utiger, U., Helfenbergen, N., Schatti, B., Schmidt, C., Ruf, M., Zismiler, V., 2002. Molecular systematics and phylogeny of Old and New World ratsnakes, Elaphe Auct., and related genera (Reptilia, Squamata, Colubridae). Russ. J. Herpetol. 9: 105-124.

Yarrow, H.C. 1880. Coluber bairdi sp. nov. In: Cope, E.D., On the zoological position of Texas. Bull. U.S. Natl. Mus., No.17: 41.